Histoire

Histoire du site de la STEIH

De 1947 à 1974, l’ancienne société des Produits Chimiques Ugine Kuhlman a exploité une unité de production de pesticides sur le site de la STEIH et contaminé le terrain avec du lindane. L’ancienne société Sandoz (aujourd’hui Novartis) a acquis le terrain en 1973 pour y construire une station d’épuration industrielle. Depuis 2012, la société STEIH s.à.r.l était responsable de l’exploitation de stations de retraitement des eaux usées. Le traitement des eaux usées industrielles, auparavant pris en charge par la STEIH, est désormais assuré par la station d’épuration industrielle de Pro Rheno (ARA Chemie) à Bâle.

geschichte-steihLe site de la société Produits Chimiques Ugine Kuhlman et les résidus de lindane vers 1972

Dès 1972, les autorités françaises ont ordonné un monitoring des eaux souterraines sur le site. Des travaux d’exploration (forages, prélèvements et analyses) ont été menés sur le site en 2011 et 2012 afin d’en évaluer le niveau de contamination. Ils ont pris fin en mars 2012.

LuftaufnahmeVue aérienne du campus Novartis. La zone marquée en rouge correspond au périmètre de l’ancien port St. Johann, réaménagé dans le cadre du projet « Campus Plus » de Novartis. La ligne jaune représente le tracé du sentier pédestre et de la piste cyclable, qui conduiront le long du Rhin en passant par le site de l’actuel chantier STEIH jusqu’à la passerelle des Trois Pays. Concernant l’utilisation finale de cette surface (pour le moment représentée avec des arbres et des espaces verts), rien n’est encore arrêté.

En tant qu’environnement propice à l’innovation et à la recherche, le campus Novartis devrait à moyen terme pouvoir accueillir 10 000 collaborateurs. C’est pourquoi Novartis a développé en collaboration avec le canton de Bâle le projet « Réaffectation du port St. Johann – Novartis Campus Plus », ou tout simplement « Campus Plus ».

Le projet est composé de plusieurs sous-projets. L’un des principaux est la vente de la zone du port à Novartis. Le déplacement des activités portuaires permettra l’extension du campus jusqu’au Rhin et le réaménagement des rives, ce qui profitera également à la population. Un autre projet important était l’intégration de la Hüningerstrasse dans l’enceinte du site Novartis.

Le projet comprend également un certain nombre d’avantages pour le public : un accès direct au Rhin depuis le Voltamatte, la création d’un sentier pédestre et d’une piste cyclable publics le long du Rhin et l’offre de nouvelles zones de logement à la ville par Novartis. Toutes les parties concernées sont donc gagnantes dans ce projet : Novartis, Bâle en tant que place économique, la population du quartier et de toute la région.